« La Côte d’Amour » - Voyage sur les bords de l’Atlantique

« La Côte d’Amour » - Voyage sur les bords de l’Atlantique

« La Côte d’Amour »
 

Voyage sur les bords de l’Atlantique
 


Voyage, une expérience culturelle
Voyage, un examen de l’histoire
Voyage, une nouvelle découverte
Voyage, un patrimoine de l’artisanat

 

Habitués que nous sommes aux heures de pointe et au rythme trépidant de la vie en ville - s’ajoutant à cela la fatigue physique et mentale et une longue période de travail ininterrompu - prendre la décision de partir en voyage à n’importe quel moment reste un rêve pour nombre de personnes.



Autant dire que nous avons accueilli avec grand plaisir ce projet de reportage du côté de La Baule ! Tôt dans la matinée, au départ de Paris, nous voici donc dans le train pour un voyage de trois heures. Le corps fatigué, sous l’effet du rythme du train, je m’endors. Me réveillant à mi- trajet, je regarde par la fenêtre : tout est calme, sans personne, sans véhicules, sans constructions massives, seulement de la verdure.

Peu après, le train entre en gare, très peu de passagers en descendent, que des français pure souche. Le chauffeur envoyé par l’hôtel nous reconnait immédiatement, il vient chaleureusement à notre rencontre pour nous aider à porter nos bagages. Très loquace, il a le temps durant le court trajet qui nous sépare de l’hôtel de nous donner une idée d’ensemble sur La Baule - la végétation, le calme, l’ambiance chaleureuse, les traditions et la convivialité.

 

 

Nous voici bientôt à l’hôtel Hermitage, un hôtel cinq étoiles du groupe Barrière. Dans notre chambre face à la mer, fenêtre grande ouverte, on respire la fraicheur de l’océan. Au loin, le ciel et la mer se fondent dans une même couleur, une émotion de détente et de bien-être nous apaise, les soucis de la ville sont déjà oubliés.

Nous décidons de découvrir la ville à vélo, la côte, la plage… Les yeux tournés vers l’océan, une brise douce et agréable nous caresse le visage. C’est ainsi que nous découvrons le sport vedette de la région - le kitesurf, les surfeurs semblent voler librement au-dessus de la mer avec leur planche, parfois sautant sur les vagues, parfois glissant sur la ligne de front de mer pour un sprint rapide. Nous avons presqu’envie d’essayer, de relever le défi avec un peu de courage. Localement, on trouve des écoles de formation professionnelle de kitesurf où l’on peut acheter une gamme complète d’équipement.


 



En pénétrant dans la ville, nos regards sont attirés par l’architecture des maisons : toutes de différents styles, chacune a été soigneusement aménagée et ne se limite pas au seul style traditionnel breton. Si Paris est le musée du monde, alors ici, la ville peut être considérée comme un petit musée de bâtiments historiques, chaque famille aimant montrer sa passion pour sa maison, chaque maison portant un nom particulier. La ville est plantée d’arbres, en particulier des pins, en raison de la mer qui se trouve très proche, car ces arbres sont essentiels pour consolider le sol.

Pour protéger cette végétation, chaque pin est numéroté par la mairie. Pour abattre ces arbres, il faut un accord préalable avec la ville, mais surtout, en replanter deux après l’abattage.

 

L’architecture de la gare de La Baule. ©Pedro Loustau


La Baule est une petite ville, mais l’endroit étant une destination estivale célèbre, le prix de l’immobilier est presque identique à celui de Paris. Nous avons été accueillis par le groupe Barrière qui possède dans la localité trois hôtels cinq étoiles en bord de mer, un restaurant Fouquet’s, un golf de 45 trous - l’un des plus grands parcours d’Europe - un tennis et un casino.
 


Le service conciergerie n’a pas le prestige de ce que l’on peut trouver à Paris, mais l’accueil et le service y sont tellement plus enthousiastes et sincères. Le point fort est la thalassothérapie cinq étoiles. Ce centre, qui dispose d’équipements ultra modernes, utilise au maximum l’eau de mer et les plantes marines pour le bien-être, et toutes sortes de produits de soins à base d’extraits marins donnent au corps un plein de tendresse. Quel bonheur de se tremper dans un bain chaud, de laver la fatigue et la tension dans un environnement chaleureux et confortable avec un service attentionné et méticuleux. Nous atteignons ici au summum de la détente...
 

Hôtel Barrière L’Hermitage ©Fabrice Rambert

Hôtel Barrière L’Hermitage ©Fabrice Rambert

Hôtel Barrière L’Hermitage ©Fabrice Rambert

Golf de 45 trous total, l’un des plus grand  parcours d’Europe. ©Fabrice Rambert

Hôtel Barrière Le Royal et la Thalasso & Spa Barrière ©Fabrice Rambert

Hôtel Barrière Le Royal et la Thalasso & Spa Barrière ©Fabrice Rambert

Hôtel Barrière Le Royal et la Thalasso & Spa Barrière ©Fabrice Rambert

Hôtel Barrière Le Royal et la Thalasso & Spa Barrière ©Fabrice Rambert

Hôtel Le Castel Marie-Louise, Relais & Châteaux ©Fabrice Rambert

Hôtel Le Castel Marie-Louise, Relais & Châteaux ©Fabrice Rambert

Hôtel Le Castel Marie-Louise, Relais & Châteaux ©Fabrice Rambert

Hôtel Le Castel Marie-Louise, Relais & Châteaux ©Fabrice Rambert


Le Croisic

Guérande, Le Croisic, deux villes voisines, disposent d’une voie cyclable commune, afin de faciliter la circulation aux cyclistes. En 30 minutes, on peut aller d’une ville à l’autre et profiter d’un agréable paysage tout au long du chemin.

Les côtes du Croisic et de La Baule se trouvent sur « la Côte d’Amour », nom romantique qui désigne le secteur côtier de la presqu’île guérandaise - riche en fruits de mer - qui s’étend de Saint-Nazaire à Mesquer. Le Croisic possède un marché aux poissons très connu, la « criée du Croisic ». Ce nom, « Criée de Poissonnerie », vient du passé, des poissonniers qui criaient à tue-tête pour négocier les prix. Cette tradition perdure encore aujourd’hui et de nombreux acheteurs, tant pour les grands supermarchés que pour les boutiques de détail de la ville, font leurs achats ici avant de revendre sur toute la France ou aux amateurs de poissons de la région.

Notre dernier arrêt fut la petite ville médiévale de Guérande. En déambulant dans les ruelles, nous constatons que la plupart des bâtiments anciens sont bien conservés, l’architecture et les couleurs sont typiques de la région. On voit, ici ou là, gravés sur les murs de pierre, toutes sortes de signes différents, en forme de cœur, en forme de flèches… une façon comme une autre de donner le nom de la famille qui a fourni la pierre à l’époque. De nos jours, ces marqueurs visibles semblent nous chuchoter à l’oreille que l’histoire s’est déroulée juste hier.

 

Le Croisic possède un marché aux poissons très connu, la « criée du Croisic ». ©OTLB

 

Guérande  

Guérande, très réputée pour ses marais salants, est l’une des quatre plus grandes zones de production de sel en France. Le savoir-faire et le processus de raffinage du sel de mer sont un héritage de plus de deux mille ans. Aujourd’hui, les gens utilisent encore les outils les plus anciens et la façon d’extraire le sel se fait toujours à la main. Le sel de Guérande, réputé dans le monde entier pour sa longue histoire et ses qualités gustatives, s’utilise dans la cuisine locale. Quinze pourcent du sel de Guérande est exporté chaque année dans le monde. Aujourd’hui, de plus en plus de gens originaires de la région, qu’ils soient banquiers, avocats ou hommes d’affaires, ont laissé derrière eux la fièvre des grandes villes pour se reconnecter à leurs racines. Pour eux, dignes héritiers d’une tradition plurimillénaire, le savoir-faire traditionnel est le meilleur, le plus fiable et le plus précieux pour garantir la qualité.

 Un château à Guérande ©OTLB

Les marais salants de Guérande ©OTLB


Certes, la vie urbaine est lumineuse et trépidante, mais les gens ont malgré tout besoin d’un coin de terre pure où règne le calme, un endroit où s’arrêter pour réfléchir et retrouver paix et sérénité, un endroit qui permette de prendre un nouveau départ... 
 


labaule.fr/office-de-tourisme
ot-guerande.fr
terredesel.com/fr
tourisme-lecroisic.fr
lucienbarriere.com/fr/hotel-luxe/La-Baule.html
lucienbarriere.com/localized/fr/thalasso_spa/nos_etablissements/thalgo.htm


 

分享到: 
VoyageRégions地域风情-内容